Sur Le Rivage

  • : Sirène
  • Sirène
  • : photographies, poèmes, notes, citations, outils numériques...
  • Contact

Cap sur...

La Galerie de la Sirène
Photos classées par thèmes


Le Mémo de la Sirène
Portail de ressources Internet

Barbotage

Droits de repro

Creative Commons License
Ces textes et illustrations
sont mis à disposition
selon les termes de la
licence Creative Commons
Paternité
Pas d'Utilisation Commerciale
Pas de Modification

Merci de ne pas
les utiliser
sans mon accord et
après m'avoir communiqué
l'adresse de votre site.

Ils doivent être accompagnés
de la mention et du lien :

© Sirène
http://sirene.over-blog.fr


Stop la pub !

 

_1200540.jpg

 

Pour éviter de voir

des pubs inopportunes

en Cie de Sirène,

vous pouvez installer

le module Adblockplus.

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 02:27

 

jeune-loup.jpg

 

 

 

J’ai une mémoire d’éléphant

et je pourrais vous rapporter

une petite histoire pas piquée des hannetons,

que m’ont raconté un ours mal léché

et une grenouille de bénitier,

en pleurant comme des veaux.

 

Dehors, il faisait un temps de chien.

Un jour à jouer les rats de bibliothèque.

Et justement, à la bibliothèque,

y avait un jeune loup au cou de taureau,

têtu comme une mule, mais fort comme un cheval.

Il avait un succès bœuf :

elles tombaient toutes comme des mouches.

 

Quelques tables plus loin,

une oie blanche :

taille de guêpe dans son corsage en nid d’abeille,

yeux de biche et langue de vipère.

Il en eut la chair de poule.

 

« Alors ma cocotte, je peux m’asseoir là ? »

Et le voilà qui rapplique, Canard Enchaîné sous le bras,

sifflant comme un merle.

 

« Sois pas vache, mon lapin,

lui susurra-t-elle, avec un chat dans la gorge.

Je te vois venir, avec tes yeux de merlan frit.

Tu me prends pour une tête de linotte ?

Je n’ai pas l’habitude d’être le dindon de la farce.

Je ne vais pas me jeter dans la gueule du loup.

T’es fier comme un coq,

ça me met la puce à l’oreille. »

Et elle versa quelques larmes de crocodile.

 

Elle était bavarde comme une pie.

Il devint rouge comme une écrevisse,

mais retomba vite sur ses pattes.

« Quelle mouche te pique ?

Tu montes sur tes grands chevaux.
Tu me fais devenir chèvre !

Mais revenons à nos moutons.

Pas d’anguille sous roche avec moi, grande bécasse.

D’ailleurs, je suis doux comme un agneau.

T’es fine mouche. Mais il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

On ne va pas rester à se regarder en chien de faïence ? »

 

Il avait noyé le poisson.

Elle rit comme une baleine.

 

Alors il prit le taureau par les cornes :

« J’ai une faim de loup, ajouta-t-il.

Tu ne vas pas me poser un lapin ?

J’aime pas faire le pied de grue,

Ça me donne des fourmis »

 

Et ils partirent, copains comme cochon,

déguster des cornes de gazelle

dans un restau végétarien.

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie Sirène - dans Amour
commenter cet article

commentaires

Tonton 24/02/2012 08:26

Bien, J'aime beaucoup ce conte zoologique...!

Marie Sirène 24/02/2012 13:42

Ah ! Tant mieux !
Fable zoologique, ça aurait fait un bon titre...